Positif aux stupéfiants après avoir consommé du CBD ? C’est possible… Voici 3 conseils d’urgence si cela vous arrive. On fait le point !

1. Le CBD un produit légal mais potentiellement dangereux… pour votre permis !

Dans mon article “CBD : évitez d’en consommer avant de prendre le volant !” je vous ai dévoilé ce terrible paradoxe du CBD.

D’un côté vous pouvez légalement en consommer, mais de l’autre les tests pratiqués par les forces de l’ordre peuvent le détecter et ainsi mettre votre permis en danger.

Car vous risquez de lourdes sanctions.

Sur ce point, voir mon article “Stupéfiants au volant : quelles sanctions ?

Terrible injustice donc pour le conducteur qui ne consomme que du CBD (voyez l’exemple d’un de mes clients interviewé avec moi dans 76actu).

C’est pourquoi il m’apparaît essentiel de vous donner 3 conseils d’urgence en cas de contrôle positif alors que vous n’avez consommé que du CBD.

2. Positif au CBD : 3 conseils d’urgence

Conseil numéro 1 : exigez la contre-expertise

En cas de tests salivaire positif, les forces de l’ordre doivent obligatoirement vous proposer une contre-expertise, consistant en un prélèvement sanguin.

Mais en pratique les forces de l’ordres font tout pour vous dissuader d’user de ce droit :

  • “la contre-expertise est à votre frais” (faux !!!)
  • “il va falloir vous emmener à l’hôpital, ça va prendre des heures” (et alors ?)
  • “vous avez intérêt à reconnaître les faits, le juge en tiendra compte” (surtout pas !)
  • etc

Sauf que si vous ne demandez pas la contre-expertise, il ne sera (presque) plus possible derrière de vous défendre, par exemple en soulevant des vices de procédure.

Alors tenez bon et faites valoir vos droits !

Conseil numéro 2 : produisez vos factures d’achat de CBD

Que ce soit au moment du contrôle ou dans les jours qui suivent, remettez aux forces de l’ordre vos factures d’achat de CBD.

Et surtout, lors de votre audition ne reconnaissez pas l’infraction de conduite après usage de stupéfiants.

Contestez en indiquant que vous êtes un consommateur de CBD et rien d’autre.

Conseil numéro 3 : faites vous tester

Après cela, faites vous tester, dans l’idéal en recourant à un examen capillaire.

Si vous n’êtes que consommateur de CBD cet examen montrera une concentration en THC extrêmement faible, trop faible pour venir d’une consommation de cannabis.

Conseil numéro 4 : foncez voir votre avocat en droit routier !

Alors oui, je vous avais annoncé 3 conseils et non 4… Je plaide coupable mais pour votre bien !

En effet, tant que les pouvoirs publics ne règleront pas ce paradoxe, il restera possible d’être positif au CBD et de risquer son permis.

En l’état, il reste très difficile de convaincre les tribunaux de votre bonne foi et vous devez mettre toutes les chances de votre côté.

Aussi, je ne peux que vous inciter à prendre attache au plus vite avec un avocat en droit routier.

C’est son métier, faites lui confiance !

2 commentaires

  1. Bonjour Maître
    j’attends avec impatience votre analyse des radars mobiles-mobiles de dernière génération..
    Bon dimanche !

    1. Bonjour, merci de cette suggestion d’article! A bientôt sur ce blog, Etienne LEJEUNE

Laisser un commentaire

CONTACT PRISE DE RDV