Flashé à un feu rouge? LA méthode pour ne pas perdre de points!

Griller un feu rouge est une infraction très fréquente. Mais sévèrement punie: 135€ d’amende et surtout 4 points en moins. Si vous êtes flashé à un feu rouge, il existe une méthode 100% légale et 100% efficace pour ne pas perdre de points !

Vous venez de recevoir au courrier un avis de contravention pour un feu rouge?

Pas de panique!

Si vous avez été flashé à un feu rouge, vous pouvez éviter le retrait de points !

Il est en effet impossible d’identifier le conducteur avec un radar feu rouge. Tout simplement car il prend la photo par l’arrière.

C’est une faille connue, résultat d’une certaine dérive financière de la sécurité routière…

Je vous donne donc une méthode 100% légale et 100% efficace pour ne pas perdre de points.

C’est parti !

Sommaire:

  1. Demandez la photo radar
  2. Contestez dans le délai de 45 jours
  3. Attendez la réponse de l’OMP
  4. Rendez-vous au tribunal

1. Demandez la photo-radar

Vous doutez avoir été flashé à un feu rouge ou vous voulez sauver votre “capital points”?

Commencez par demander la photo-radar.

C’est très simple… et c’est gratuit !

Par courrier ou en ligne

Pour obtenir la photo-radar, vous pouvez en faire la demande par voie postale à l’adresse suivante: CENTRE AUTOMATISE DE CONSTATATIONS DES INFRACTIONS ROUTIERES (CACIR) SERVICE PHOTOS CS 41101 35911 RENNES CEDEX 9.

Vous pouvez aussi la demander directement en ligne sur le site du Ministère de l’Intérieur.

Dans les deux cas, il faut joindre une pièce d’identité avec photo, l’avis de contravention et la carte grise du véhicule.

Attention aux délais

Les délais sont longs et la demande de photo ne prolonge pas le délai de contestation !

Vous serez souvent amenés à passer à l’étape 2 sans même avoir reçu la photo.

Mais restez zen !

Cette étape 1 n’est même pas indispensable.

En réalité, elle vous permet de montrer votre “bonne foi” au tribunal. Quand vous comparaîtrez, vous pourrez ainsi expliquer que vous aviez un doute sur la réalité de l’infraction. Et que comme vous aviez un doute, vous avez demandé la photo radar et contesté…

Nous y reviendrons.

Pour aller plus loin, lisez mon article “Photo radar: exigez le cliché !

2. Contestez dans le délai de 45 jours

Vous avez 45 jours pour contester l’infraction.

Pas un jour de plus.

Si vous attendez trop, l’administration va émettre une amende forfaitaire majorée (375€ !). Et les points vont tomber automatiquement.

Sur cette question, je vous engage à aller voir mon article “Quand a lieu la perte des points?

Pour contester, dans le délai de 45 jours donc, il y a deux méthodes.

“Cas n°2”

Soit vous désignez le véritable conducteur (votre conjoint, un ami, votre grand-mère, …) qui recevra alors à son tour un avis de contravention.

C’est le cas n°2 sur le formulaire de requête en exonération (document bleu).

Pour vous ce sera terminé. Sans amende ni points.

Bon à savoir: vous n’êtes JAMAIS obligé de désigner le vrai conducteur (sauf si vous êtes une personne morale).

Plus d’infos à ce sujet? Lisez mon article “Suis-je obligé de désigner le vrai conducteur?

“Cas n°3”

Soit vous contestez avoir commis l’infraction.

C’est le cas n°3.

Vous déposez une requête motivée en ligne, sur antai.gouv.fr

C’est simple, rapide… et gratuit !

Si vous préférez le papier, vous devez écrire à l’OMP (Officier du Ministère Public) par LRAR. Son adresse figure sur l’avis de contravention (document vert).

Que vous contestiez en ligne ou par courrier, inutile d’en faire des pages.

Une contestation succincte suffit.

Exemples de contestation possibles:

  • “je doute avoir commis l’infraction”
  • “je ne me souviens plus si j’étais au volant ce jour là”
  • “j’étais en déplacement dans une autre région”
  • etc.

N’oubliez pas de consigner

Si l’avis de contravention vous le demande, vous devez consigner une somme (montant indiqué sur l’avis de contravention). C’est le cas si vous êtes propriétaire ou locataire du véhicule flashé au feu rouge.

Cette consignation est alors obligatoire même si elle est clairement dissuasive (c’est son but…).

Si vous réglez pas la consignation, votre réclamation est irrecevable. Et vous ne pourrez plus échapper à la perte des 4 points.

3. Attendez la décision de l’OMP

Une fois que vous avez contesté, il ne vous reste plus qu’à attendre la décision de l’OMP.

Celui-ci peut décider d’un classement sans suite.

Entre nous c’est plutôt rare…

Sauf peut-être si vous prouvez que vous ne pouviez pas être au volant au moment de l’infraction. Et que vous ne pouvez donc pas avoir été flashé à un feu rouge.

Par exemple en transmettant:

  • un certificat d’hospitalisation couvrant le jour des faits
  • une attestation de votre employeur qui indique que vous étiez à l’autre bout de la France au moment des faits
  • la facture de votre location de vacances ou de votre billet d’avion
  • etc.

Mais la plupart du temps, l’OMP va rejeter votre réclamation.

Vous serez alors convoqué devant le tribunal de police.

4. Rendez-vous au tribunal

Demandez la copie du dossier

Quand vous recevez votre convocation, demandez au tribunal la copie de votre dossier pénal.

Vous pouvez le faire directement. Ou bien demander à votre avocat en droit de routier de s’en charger pour vous.

Une fois reçu le dossier, examinez bien le pv. Vérifiez notamment si le lieu précis de l’infraction y figure (lieu précis = l’intersection à laquelle se situe le feu).

Examinez aussi la photo prise par le radar si vous ne l’avez pas reçu avant.

Vous constaterez … que vous n’êtes pas identifiable ! Ce n’est guère étonnant puisque le radar feu rouge prend la photo par derrière !

Seule votre voiture est identifiable ! Ce qui n’est pas la même chose…

C’est clairement la faille du système qui privilégie la machine (à sous?) à l’humain.

Plaidez la bonne foi… et la relaxe !

Devant le tribunal expliquez simplement que vous avez un doute sur le fait d’avoir commis l’infraction, que ce véhicule sert à plusieurs personnes, que vous ne vous rappelez plus qui était au volant ce jour là, …

Expliquez aussi que vous avez demandé la photo radar justement pour vérifier avant de contester.

L’OMP sera incapable de prouver que vous avez été flashé à un feu rouge.

Et s’il ne peut pas prouver que c’est vous au volant, le tribunal ne pourra pas vous condamner.

Il devra donc vous relaxer.

Pas de points mais attention à l’amende…

Vous échapperez donc à tout retrait de points !

Mais attention, si vous ne prouvez pas que vous ne pouviez en aucun cas être au volant, vous êtes “redevable pécuniairement” de l’amende (article L.121-3 du code de la route).

Et comme il s’agit d’une contravention de 4ème classe, le juge peut prononcer une amende jusqu’à 750€.

Il tiendra compte de vos antécédents éventuels (il a accès à votre relevé d’information intégral), de votre situation personnelle et financière, …

Mais si votre permis est en danger, cette méthode vaut le coup !

Et surtout, elle est parfaitement légale et efficace.

10 commentaires

  1. Est-ce que la meilleure solution ne serait pas de respecter les règles afin, au moins, de respecter la vie des autres. Il me paraît totalement irresponsable d’expliquer aux conducteurs indélicats comment resquiller ! Cet article ne montre que votre mépris des lois et de la vie des usagers de la route.

    1. Bonjour et merci pour votre message! Evidemment que la meilleure astuce est de respecter le code de la route. Mais ce n’est pas moi qui écrit les lois. Ce n’est pas moi non plus qui préfère mettre des machines plutôt que des humains. Ce n’est pas moi qui crée ces failles… Et si vous avez bien lu l’article vous verrez qu’il n’est nullement question d’échapper à toute sanction, mais uniquement aux points puisqu’en privilégiant la machine la procédure est lancée sur le titulaire du certificat d’immatriculation, qui n’est pas forcément le conducteur! Je n’ai aucun mépris et rassurez vous, je suis rarement assis à côté des chauffards quand ils conduisent… A bientôt sur ce blog! Etienne

  2. Typiquement le type de contenu mis en avant par des avocats qui font fi de la notion de civisme. Avant de parler de la façon d’éviter la sanction, peut-être serait-il plus responsable de parler des risques d’un tel comportement.
    Cher avocat gavé par l’appât du gain et la déresponsabilisation individuelle, relisez votre article en imaginant avoir été victime (vous ou votre famille) d’un tel comportement. Je suis certain que la légèreté du ton employé vous laissera un goût amer.
    Si tant est que vous ayez encore un peu d’humanité…

    1. Merci pour votre commentaire si constructif! Je vous suggère de diriger vos critiques vers ceux qui ont en charge la sécurité routière dans ce pays et qui préfèrent mettre des machines que des humains, privilégiant ainsi la sécurité rentière à la sécurité routière… Mais évidemment un radar rapporte quant un fonctionnaire de police ou un gendarme coûte… Et si vous avez bien lu mon article j’évoque uniquement la possibilité d’éviter les points (ce n’est pas moi qui ai créé cette faille mais le pouvoir lui-même…) et non d’échapper à toute sanction! A bientôt sur ce blog, Etienne

  3. Merci pour l’information!

    1. Avec plaisir! Le plus simple est bien s’arrêter au feu orange ou au feu rouge! Merci et à bientôt sur ce blog! Etienne

  4. Bonjour,
    Dura lex , sed lex
    Merci aux avocats pour la défense des droits des citoyens.

    1. La meilleure astuce reste de respecter le code de la route! A bientôt sur ce blog, Etienne

  5. Bonjour,
    Je me suis déjà souvent posé la question suivante:
    Si le feu est vert, que le véhicule qui me précède est en train de passer le carrefour mais soudain il s’arrête et me bloque au beau milieu du carrefour, est du coup peut-être provoquer ce flash tant redouté.
    Qu’en est-il dans ce cas. Comment contester et surtout prouver ce qui s’est réellement passé ?
    Merci

    1. Bonjour et merci pour votre message. Question intéressante! En théorie il y a une vérification “humaine” qui est faite de la photo prise par le radar feu rouge et il est possible de ne pas être verbalisé si le carrefour est encombré. Idem quand on passe le feu rouge pour laisser passer un véhicule de secours. Après en cas de verbalisation il est possible de contester. Mais attention, il ne faut s’engager dans un carrefour que si on est certain de ne pas y rester immobilisé. A bientôt sur ce blog, Etienne

Laisser un commentaire