Les avis de contravention suite à un flash radar sont très nombreux. Et la tendance n’est clairement pas à la baisse, tant l’Etat implante de nouveaux radars. Mais pas de panique, des solutions existent pour contester ces pv et sauver votre permis. Comment contester un pv de radar automatique ? On fait le point !

Sommaire :

  1. Contester un pv de radar automatique : attention aux pièges !
  2. Contester un pv de radar automatique : ou comment sauver son permis à (presque) tous les coups !

1. Contester un pv de radar automatique : attention aux pièges !

La contestation d’un pv obétit à des règles précises.

Ou bien vous les respectez, ou bien votre requête sera rejetée…

Les délais

Pour contester un pv de radar automatique ou encore un pv par vidéoverbalisation ou un pv à la volée, vous devez transmettre votre contestation dans un délai de :

  • 45 jours suivant la date de l’avis de contravention
  • 30 jours à compter de la réception de l’avis d’amende majorée

LRAR ou ANTAI

Suite à un flash radar, vous recevez à votre domicile un courrier de l’administration comprenant les documents suivants :

  • avis de contravention (de couleur verte)
  • formulaire de requête en exonération (de couleur bleue)
  • notice de paiement (de couleur orange)

Après cela, si vous contestez vous pouvez le faire, au choix :

  • par voie postale en LRAR au moyen de ces documents
  • sur ANTAI.

Attention : si vous contestez par LRAR vous devez joindre l’original de l’avis de contravention ainsi que le formulaire de requête en exonération (de couleur bleue).

Astuce : gardez une copie de ces documents.

Les documents à transmettre

Ils varient selon le motif de la contestation :

    • Cas n°1 : ce n’était pas mon véhicule (vol, déstruction, usurpation, cession ou vente). Dans ce cas, l’administration ne vous croit pas sur parole. Il faut impérativement fournir des justificatifs (exemple : récépissé de votre plainte pour vol ou pour usurpation de plaques).
    • Cas n°2 : j’avais prêté ou loué mon véhicule. Ici vous devez communiquer les coordonnées de la personne qui conduisait au moment de l’infraction. Et pour éviter toute difficulté, communiquez aussi une copie de son permis de conduire.
    • Cas n°3 : je conteste la réalité de l’infraction. Là vous devez exposer les motifs de votre contestation. Pour un flash radar, un pv à la volée ou suite à une vidéo-verbalisation c’est très simple ! Il vous suffit d’indiquer par exemple : “Je conteste l’infraction et ne suis pas en mesure d’identifier le conducteur”.

Astuce : vous avez un doute sur la liste des documents à fournir ? Pas de panique tout figure sur le formulaire de requête en exonération ou sur ANTAI.

N’oubliez pas de consigner !

Si vous contestez en utilisant le cas n°3 vous devez verser une consignation sans quoi l’administration rejettera votre contestation.

Il s’agit d’une somme d’argent égale au montant de l’amende forfaitaire. Mais à la différence du paiement de l’amende, la consignation n’entraîne pas de retrait des points.

Lire mon article : “Quand a lieu la perte des points ?

Photo radar : attention au délai !

Avant de contester vous pouvez demander la photo radar.

Mais attention … contrairement à ce qu’on pourrait penser, demander la photo radar n’interrompt pas le délai pour contester.

Lire mon article “La demande de photo radar n’interrompt pas le délai pour contester !

Aussi, à partir du moment où vous doutez avoir commis l’infraction, demandez-la très vite !

Et ne restez pas sans rien faire. Car si vous ne payez ni ne contestez, l’administration émettra une amende forfaitaire majorée. Et les points tomberont automatiquement !

Lire aussi mon article “Ne pas payer l’amende pour ne pas perdre de points ?

2. Contester un pv de radar automatique : ou comment sauver son permis à (presque) tous les coups !

Contester et désigner : c’est vous qui voyez !

Vous aviez prêté votre véhicule et vous souhaitez désigner la personne qui conduisait ? Utilisez alors le cas n°2.

Dans ce cas, la personne désignée reçoit un avis de contravention et l’affaire s’arrête là pour vous.

En plus vous n’avez pas à régler de consignation.

Mais vous pouvez aussi choisir de ne pas désigner le conducteur et utiliser le cas n°3…

En effet, contrairement à une légende urbaine (souvent entretenue par les forces de l’ordre), vous n’avez AUCUNE OBLIGATION de désigner le conducteur pour contester !

Excepté le cas particulier des personnes morales.

Sur ce point lire mon article “L’obligation de désignation du conducteur en 10 points

Mais à part ce cas de figure, encore une fois vous avez parfaitement le droit de ne pas révéler l’identité de la personne qui conduisait votre véhicule.

Pour aller plus loin, lire mon article “Suis-je obligé de dénoncer le vrai conducteur ?

Contester un pv de radar automatique : une astuce simple et 100% légale pour préserver ses points

Les radars automatiques, les pv à la volée ou encore la vidéoverbalisation présentent un inconvénient pour l’Etat (mais un avantage pour vous)… Ils ne permettent presque jamais d’identifier le conducteur.

En effet, l’Etat a choisi de privilégier le “tout machine” qui appréhende le comportement d’un véhicule et non de son conducteur, quasiment jamais identifiable.

Or, si l’autorité poursuivante ne peut identifier le conducteur, elle n’a pas le droit de retirer les points correspondant à l’infraction. Sauf en cas de paiement de l’infraction qui vaut reconnaissance de l’infraction.

Par exemple en cas de flash feu rouge, la photo est TOUJOURS prise par l’arrière, empêchant toute identification du conducteur.

Il suffit donc de contester pour éviter à 100% la perte des 4 points correspondant…

Lire mon article “Flashé à un feu rouge ? LA méthode pour ne pas perdre de points !

Dans ces conditions, si vous recevez un pv sans avoir été intercepté par les forces de l’ordre, vous pouvez facilement éviter la perte des points à presque tous les coups.

Attention : Si la contestation aboutit, vous n’aurez aucune perte de point. Par contre, si vous ne dénoncez pas le conducteur du véhicule au moment des faits, vous aurez une amende en tant que redevable pécuniaire (article L.121-3 du code de la route).

Laisser un commentaire

CONTACT PRISE DE RDV